Mes savons

Recette du débutant : le vrai savon de Marseille…

cube-de-savon-de-marseille-400g-olive

Tout a commencé au IXème siècle où les premières savonneries Marseillaises ont vu le jour et au XIIème siècle où la première manufacture fut attestée.

Suite à une guerre des savonniers qui revendiquaient tous la paternité, la recette de ce savon si célèbre est malheureusement tombée dans le domaine public.

Un édit de Louis XIV en règlementait cependant la production et la composition.

Donc contrairement au précurseur savon d’Alep qui est constitué d’une recette stricte (huile d’olive et huile de baies de laurier) et provient uniquement d’Alep, n’importe qui peut se venter de faire du savon de Marseille avec n’importe quelle recette et n’importe où.

D’ailleurs, le vrai savon de Marseille n’est pas uniquement vendu à Marseille. Il ne s’agit que d’une recette et méthode de fabrication et non pas d’une origine.

Au départ le savon de Marseille était fabriqué qu’à partir d’olive comme le savon de Castille puis au début du XIXème siècle sont entrées dans la composition l’huile de coco ou coprah, l’huile de palme et d’arachide.

La recette du savon de Marseille est simple : de l’huile d’olive, de l’huile de coco (et/ou de palme), de l’eau et de l’hydroxyde de sodium* (pour la version verte) Et c’est tout ! Soit en langage inci (composition au dos de l’emballage) : sodium olivate, sodium cocoate (ou sodium palmate), aqua, sodium hydroxyde.

Je déplore la présence de l’huile de palme qui a un impact catastrophique sur la forêt et les populations (humaines et animales). Il vaut mieux ne pas l’utiliser.

Cela dit même si ce savon est simple et épuré de composants synthétiques il reste dépourvu de glycérine et de surgras puisque les industriels la retire pour la première et évite le second pour éviter le risque du rancissement. C’est pourquoi, afin d’offrir à sa peau un bon savon de Marseille naturellement riche en glycérine et surgraissé mieux vaut se le faire soi-même ou l’acheter auprès d’un savonnier pratiquant la saponification à froid.

Lorsque j’ai débuté la savonnerie à froid (SAF) l’une de mes premières recettes fut le savon de Castille constitué uniquement d’huile d’olive mais je trouve que malgré sa douceur ce savon reste poisseux. Plus tard j’ai réalisé un savon de Marseille enrichi en beurre de karité qui est une de mes recettes favorites.

Le savon de Marseille reste selon moi la meilleure recette pour le savonnier débutant car elle est très simple, peu chère et donne un savon assez équilibré.

A savoir : l’huile de grignon d’olive (huile raffinée) donne un bien meilleur savon que l’huile d’olive de première pression qui doit être réservée à l’alimentation.

* La réaction de saponification est une réaction chimique complète, exothermique (c’est-à-dire qu’elle dégage de la chaleur). Cette réaction est la suivante :

acides gras (huiles, beurres végétaux ou animaux) + base forte (soude caustique ou NaOH ou hydroxyde de sodium) –> savon + glycérol (glycérine).

Voici la recette d’un vrai savon de Marseille (pour 350 g d’huiles) :

– 72% d’huile d’olive : 252 g

– 28 % d’huile de coco (ou coprah ou végétaline) : 98 g

– lessive de soude (dosée à 30 %) : 159,95 g (pour un surgras de 8 %) ou 48 g de soude caustique en granulés + 112 g d’eau déminéralisée.

–> INS = 148.

Mode opératoire :

J’utilise la lessive de soude toute prête. La réaction de saponification peut être réalisée tout aussi bien avec une solution de soude que l’on réalise soi-même. L’avantage de la lessive de soude toute prête c’est qu’on gagne du temps et qu’on ne respire pas les vapeurs issues de cette dilution. L’inconvénient est qu’on ne peut pas faire de solution plus concentrée de soude utile pour la réalisation de certains savons (Castille, savon au lait).

  1. Se protéger les yeux, les mains et porter un tablier.
  2. Peser l’huile d’olive dans un récipient adapté.
  3. Peser et fondre l’huile de coco au bain marie et la mélanger avec l’huile d’olive.
  4. Peser la lessive de soude dans un bécher (ou verre doseur en verre).
  5. Quand tout est à température ambiante, mettre la lessive de soude dans le mélange d’huiles et mixer jusqu’à obtenir la trace.
  6. Couler en moule.
  7. 24 ou 48h après, quand le savon est assez dur, le démouler et le couper si c’était un moule unique.
  8. Faire sécher au moins 4 semaines pour s’assurer  que la réaction est bien terminée (le pH aura baissé) et qu’il aura bien séché.
  9. Utiliser le savon.

Cette recette peut servir de base pour d’éventuelles améliorations, ajouts comme du beurre de karité, des colorants naturels, des huiles essentielles…

– Prix : ~2,70 € pour 4-5 savons –

 Et si vous voulez réaliser votre propre moule à savon transparent, c’est par ici :

Publicités

124 réflexions au sujet de « Recette du débutant : le vrai savon de Marseille… »

  1. Bonjour, j’ai lu que le mélange de la soude avec les huiles devait se faire à une température comprise entre 35° et 50°, hors j’ai fait mon mélange à 21° c’est à dire à température ambiante comme indiqué dans la recette.
    Est ce grave Docteur ?

    J'aime

  2. Bonsoir et merci pour toutes ces infos, j’ai (presque) tout lu…
    Je cherche le tampon « Savon de Marseille extra pur 72% d’huile », tout pareil que sur votre belle photo.
    J’ai cherché sur plein de sites, mais je dois avoir du savon dans les yeux… ;D
    Merci de votre aide!

    J'aime

  3. Bonjour
    Voilà quelques années que je fais mes savons et tout va bien (sauf pour les odeurs que j’aimerais mettre pour changer un peu mais qui ne tiennent pas) ceci dit je les aime beaucoup au naturel .. juste que jaimerais tout de même avoir aussi de bonnes odeurs de citron pour exemple ..
    Ma question : y a t’ il une raison pour préférer les faire à froid ? Je les fais toujours sécher au four à très basse température pendant 2 heures , et je peux commencer à les utiliser 2 jours après , c’est une des premières recettes que j’avais vu et j’y suis toujours restée fidèle , mais ça m’intrigue de lire que presque tout le monde les fait à froid .. as-tu une réponse sur ce sujet ?

    J'aime

    1. A froid c’est aussi que c’est plus « écologique » car ça n’utilise pas d’énergie pour le « sécher » (four). La réaction se fait naturellement. Aussi, les fragrances et les huiles sont souvent mieux préservées car moins chauffées même si la saponification chauffe déjà naturellement.

      J'aime

  4. Bonjour,
    J’ai fait mon savon dimanche et en voulant le coupé car je l’avais fait dans un gros moule, il s’effrite, est-ce normal ?
    Merci

    J'aime

  5. Bonjour à vous 🙂

    Merci pour cet article qui donne envie d’essayer ! !!

    Juste une question les les 95 après la virgule ppur la soude sont ils important ou peut on arrondir?

    Merci beaucoup

    J'aime

  6. Bonjour, j’ai suivi votre recette, et c’est parfait. Est-ce que je peux teinter mon savon en noir en rajoutant pour la même quantité d’ingrédients une cuillère à soupe de charbon actif? Puis rajouter des huiles essentielles? Merci d’avance pour votre réponse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s