Uncategorized

Pourquoi je dois désormais rester au fait maison…

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je vais m’allonger sur le divan de mon blog.🙂

Comme toutes les jeunes femmes j’aime lire des magazines féminins.
Je suis donc abonnée à deux magazines : Biba et Modes et travaux. Et comme toute abonnée qui se respecte, j’attends ces deux magazines chaque mois avec impatience et parcours les articles avec intérêt.
Parfois, j’y trouve, glissé au milieu d’une publicité un échantillon de cosmétique.

Ce mois-ci ce fût le lait corps sous la douche de Nivéa et un second dont je parle plus bas.

Comme je ne veux pas mourir idiote, même si sa composition inci est effrayante, j’ai testé ce produit.

Oui, je sais, je suis téméraire !

Je déchire l’angle de l’échantillon, allume l’eau, enduis mon corps de déesse (laissez-moi rêver) de savon SAF, me rince, applique le lait… Jusque là, cette douche s’annonce sous les meilleurs auspices.

Mais voilà, je rince le lait et je me retrouve avec le corps et les mains hyper poisseux, une sensation absolument infâme. L’impression d’être Cléopâtre sortie non pas d’un bain au lait d’ânesse mais plutôt d’une marée noire.

Que s’est-il passé ?

J’ai été obligée de réappliquer un coup de savon sur les mains tellement elles collaient. Mais déterminée à tester le produit jusqu’au bout je ne l’ai pas fait sur le corps. Pouah !

Soudain, une question surgît : « comment une telle merde a-t-elle pu être élue produit de l’année ? »

Suis-je si différente des autres ? Ou alors mon corps ne tolère-t-il plus ces substances du commerce ?

Cela vous est-il déjà arrivé de détester un produit autant plébiscité ?

Je passe sur mon deuxième échantillon du nouveau soin volumateur Fibralogy d’Elsève de l’Oréal.

Cheveux pas du tout démêlés, pas du tout épaissis. Bref, une catastrophe pour la modique somme de près de 240 € le litre pour le booster.

Suis-je encore une extra-terrestre ou suis-je hermétique aux fausses promesses ?

 

 

11 réflexions au sujet de « Pourquoi je dois désormais rester au fait maison… »

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi ! l’été dernier, par manque de temps j’ai utilisé le shampoing de ma soeur et son après shampoing, à la fin de l’été mes cheveux étaient dans un tel état que j’en aurais pleurée, rêches, secs, cassants, les pointes tenaient droites comme du crin de cheval. Ce n’est qu’après des mois de soins home made que j’ai récupéré ma touffe. Je pense qu’une fois que l’on a découvert le home made et qu’on en voit les bénéfices, on ne peut plus revenir en arrière, les produits du commerce deviennent un mauvais souvenir !
    Merci pour cet article qui prouve qu’on nous vend n’importe quoi !

    J'aime

    1. C’est tout à fait ça. Le hic c’est que j’ai intérêt à avoir toujours le temps de faire mes produits car je suis intolérante voire allergique à certains ingrédients contenus dans les cosmétiques du commerce comme les sticks à lèvres😦 C’est aussi pour ça que j’ai été obligée (avec plaisir) de faire les miens.

      J'aime

  2. Comme toi allergique à pas mal de trucs du commerce y compris ceux dit « spécial allergique ou peaux réactives » même avant de passer au « fait maison » J’ai encore en tête le souvenir d’une violente allergie cutanée au visage avec une gamme spécifique « allergique ». J’avoue que parfois j’ai du mal à comprendre pourquoi on plébiscite autant tel ou tel produit.Ceci dit le « fameux élu par les consommateurs/trices » c’est une belle fumisterie. Il faut juste s’arranger pour avoir toujours un peu de stock « fait maison » ou un peu de temps (pas toujours facile). Pour te rassurer j’ai aussi eu quelques soucis avec des produits bio curieusement jamais avec un de mes produits maison et pourtant j’ajoute des actifs et autres ingrédients spécifiques à mes potions en tout genre.

    J'aime

  3. idem ici, ce produit me rend toute poisseuse et ps; pour avoir participé à une « élection », les « produits de l’année » sont définis non pas après avoir été testés mais seulement sur catalogue, c’est-à-dire sur un concept😉

    J'aime

      1. oui, c’est un peu comme l’anneau de Moebius (la double fleche verte) qui figure sur beaucoup d’emballages, on pense que ca veut dire recyclable, mais non, en fait ça veut juste dire que l’entreprise a donné des sous à un organisme

        J'aime

  4. Je travaille dans la gestion des déchets, je connais bien. Le point vert n’est pas un anneau de Moebius, c’est le triangle un peu à côté qui l’est😉 C’est celui-là qui permet de dire si l’emballage est recyclable ou composé d’une part recyclée. Et en effet, le point vert d’Eco-Emballages permet juste à l’entreprise de prouver qu’elle a financé la filière. Ce qui est une obligation réglementaire. Alors quand les entreprises se vantent de « protéger l’environnement » en jouant sur le point vert ça me met hors de moi.🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s